mercredi 14 mars 2018


Deuils



Il est des chagrins et des deuils
que nul ne peut comprendre
ils n’ont de sens
qu’à nos propres yeux.
pour peu qu’on le découvre.
Sont-ils nostalgie
d’une époque heureuse et révolue
quand une « grande » personne
nous tenait la main, nous souriait
nous prenait dans les bras
et effaçait nos bobos et nos peurs ?

Il est des chagrins et des deuils
plus profonds encore,
plus insondables
Peut-on regretter
ce qu’on n’a pas eu ?
Pleurer une personne qui n’était pas là
pour nous consoler ?
La rudesse, l’indifférence
peuvent-elles nous manquer 
doublement ?

Je suis triste
pour cet enfant et moi
J’essaie de le comprendre
Je tente de le rejoindre
Je suis avec lui
Inconditionnellement
Je sèche nos larmes
Dans mon cœur doublement fissuré,
je renais avec lui.
Nous entamons notre seconde vie
Ensemble et pour toujours.

La tristesse se dissipe mais ne meurt pas,
comme le véritable Amour,
elle est une porte ouverte
sur l’Eternité
Et nous vivons, respirons,
nous sommes.
Pas seuls,
nous le découvrons plus tard,
sur le seuil, en attente.

2 commentaires:

  1. Parfois la personne qui n'était pas là arrive, trop tard ?
    Elle tient la main de cet enfant pleurant, par delà les décennies, et tente de le consoler, par delà les années.
    Il n'y a plus de temps pour qui aime


    RépondreSupprimer
  2. Tu as tout à fait raison, sybilline et tu es bien placée pour le savoir.
    Il n'est jamais trop tard.

    RépondreSupprimer